Aleksandra RUSZKIEWICZ

Aleksandra RUSZKIEWICZ

Née en 1968 à Pultusk en Pologne
Vit et travaille au Bono dans le Morbihan
1998 DNSEP École des Beaux Arts de Lorient
2003 DEA Histoires et Critiques des Arts, UHB Rennes 2
Enseigne à l’école d’Art de Lorient et de Saint Brieuc



Attention ! Art fragile à manier avec précaution.

Les installations d'Aleksandra Ruszkiewicz se visitent lentement et avec précaution, en mesurant ses pas et ses gestes, en s'inquiétant du moindre déplacement d'air que l'on pourrait provoquer. La raison en est simple : les oeuvres sont faites d'éléments légers, parfois de très petites dimensions, suspendus par des fils à différentes hauteurs - et cela dans des salles peu éclairées de dimensions très variées.

Dans chacune, l'artiste s'adapte au lieu, d'une salle carrée assez banale à de longues voûtes de briques bien plus théâtrales. Les fils étant tendus à la verticale, les objets en lévitation - graviers, miettes de pain, fleurs de tilleul - dessinent des lignes et des volumes dans l'air. L'oeil recompose des cercles, des cubes, les angles d'un labyrinthe, les ondulations d'une vague.

Selon la hauteur à laquelle sont attachés les éléments et celle du regard, la géométrie change, se défait et se reforme. Il faut donc se déplacer le long de ces volumes immatériels et quelquefois entre eux - et c'est alors qu'il faut redoubler de prudence afin de ne pas déranger ces réseaux aux structures invisibles.

Aleksandra Ruszkiewicz place le spectateur dans une position délicate. Il est partagé entre le désir d'expérimenter ces montages de la façon la plus complète possible, en s'en approchant, et la crainte de les faire vaciller et tomber.

L'exercice engage ainsi son corps entier. Tel est le cas de la plupart des installations contemporaines, mais l'effet est obtenu ici avec des moyens dont l'extrême discrétion et la non moins extrême difficulté augmentent l'intensité.
L'idée de destruction est d'autant plus présente que les éléments suspendus sont voués eux-mêmes à s'émietter et tomber en poussière, feuilles sèches et croûtes...

Le Monde  08.08.2012  Philippe Dagen



Mémoires en suspension, création pour Cie Dernier Soupir, Ateliers Intermédiaires, Caen 2012



De chaque jour qui se fait revient tous les jours

Les œuvres se réalisent in situ. Alors à quoi sert l’atelier dans lequel travaille l’artiste ? Lieu refuge où les contraintes de l’exposition ne s’imposent pas : pas de travail à finir, pas de formes à aboutir, pas de course après le temps. L’atelier, ici, est un laboratoire où l’on observe la chaise en morceaux de pain moisir peu à peu ; le lieu est humide, où la structure en écailles de peinture cherche à disparaître sur son fond blanc ... L’atelier comme un état de suspension, au propre, au figuré. C’est le temps où l’artiste cherche, explore, renonce, attend, regarde, réfléchit, se réfugie, c’est le temps d’avant l’envol.
Dans le travail d’Aleksandra Ruszkiewicz, il n’y a pas de dessins préparatoires, pas vraiment de notes non plus. Elle prend des photos des lieux où son œuvre va prendre place, mais elle ne les regarde pas ... La construction lente du volume, le choix des matériaux, de la forme se font, petit à petit dans le corps même de l’artiste. Si trop de choses se font visibles avant, sur le papier ou dans l’atelier, alors Aleksandra ne trouve plus d’intérêt à l’élaboration physique de l’œuvre. Il ne faut donc rien dévoiler avant, jusqu’à ne presque rien se dévoiler à soi-même ...

Sylvie Corroler-Talairach, Toulouse, 2012

Expositions

2017         Premier caprice impromptu, création furtive, chez Catherine et Alain Jomier ; Crac’h (56)
2015-16    Entre musique et silence, Duras, création pour la Cie Dernier soupir ; Caen, Bayeux (14) 
2014-15    Voué à l’échec, rés. de création, lycée V. Hugo, partenariat Gal. Pierre Tal-Coat Hennebont (56) 
2013         Petites formes indistinctes, exposition, Les Endimanchés, La Grande Boutique ; Langonnet (56) 
2012         De chaque jour qui se fait revient tous les jours, rés. de création, espace écureuil, fondation pour l’art contemporain de la Caisse d’épargne Midi-Pyrénées ; Toulouse (31) 
2011-12    Mémoires en suspension, création pour la Cie Dernier soupir, Saint-Lô (50), Caen (14) 
2009         Métamorphoses, exposition collective à la Cité Internationale de la Dentelle ; Calais (62) 
2008         Lieux d’être, résidence et exposition à la galerie Rosa Bonheur ; Chevilly-Larue (94) 
2007-08    La septième porte, rés. de création, château de l’Hôpital de la Musse, théâtre Méga-Pobec St-Sébastien de Morsent (27)
2007         In situ, rés. de création, Galerie d’art contemporain des Urbanistes ; Fougères (35) 
2006         Ils sont passés par là ... , exposition collective à l’école des Beaux-Arts ; Rennes (35)
                 Frédérique Lucien & Aleksandra Ruszkiewicz − Galerie Pierre Tal-Côat ; Hennebont (56)
2006-07    Antigone (deux points) OEdipe pour une tragédie du rythme et du langage, coopération dans la conception d’espace pour le projet Sophocle Machina Memorialis, mise en scène de Jean-Pierre Brière, Théâtre Méga-Pobec, Fécamp (76)
2004         Ty Mad, Ty Mad, résidence de création, Galerie de la villa Ty Mad ; Tréboul (Douarnenez) (29) 
2004-05    Œdipe le Tyran, coopération dans la conception d’espace dans le projet Sophocle Machina Memorialis, mise en scène de Jean-Pierre Brière, Théâtre Méga-Pobec, Évreux (27)
2003         Autres dentelles l’Art et (a)pesanteur, Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle ; Calais (62)
                 Reliques, résidence de création à l’Abbaye du Relec, domaine départemental (29)
                 N’oublie pas d’passer l’aspirateur − Galerie Municipale Le Présidial ; Quimperlé (29)
2002         Installation, Galerie d’art contemporain de l’IUFM ; Vannes (56)
                Les appartements suspendus - appartement n° 585, Immeuble Lierre, résidence de création, projet du Théâtre Méga-Pobec ; Évreux (27)
2002-03   Les chambres d’Œdipe, création d’espace pour une mise en scène de Jean-Pierre Brière, projet du Théâtre Méga-Pobec Sophocle Machina Memorialis ; Évreux (27)
2001         L’art dans les chapelles, résidence de création ; chapelle Saint-Trémeur, Bubry (56)
2000         De deux à trois, exposition à la Tour Saint-Nicolas ; Hennebont (dans le cadre APA) (56)
1998         Les ateliers, exposition collective de l’école des Beaux-Arts de Lorient ; Galerie municipale Le 
Présidial Quimperlé (29)
1995         Trentenaire de Châteauvallon, exposition collective de l’école des Beaux-Arts de Toulon, au Centre national de création et de diffusion culturelles ; Châteauvallon (83)
                Carte blanche, exposition collective de l’école des Beaux-Arts de Toulon, Remp-Arts Galerie Municipale ; Toulon (83)

2002         Bourse du Gouvernement Français, le Ministère des Affaires Étrangères 
2010         Bourse aide individuelle à l’installation, DRAC Bretagne

Aucun commentaire: