mercredi 14 octobre 2020

Aventure au long cours avec Yanik Pen'Du

Ce sont des échanges entre un texte de Jean Louis Chabert Dubois et le travail de Yanik Pen'Du sur sculpture d'oiseaux de bronze en plein envol qui sont à l'origine de l'exposition proposée à CACTUS. Ce sont ces mêmes oiseaux qu'il décline sur des branches de châtaigniers dans le jardin en escalier de Maud Kramp. Un jardin qui a fortement inspiré l'artiste pour la présentation de ce travail. Au fur et à mesure que l'on grimpe, il apporte au visiteur une vue panoramique d'une partie de Quimper. La vue que ces oiseaux voient. Ils sont prêts à partir pour d'autres horizons comme dans le texte du poète. 

Sur chaque branche est incrustée une coulée d'étain qui d'une écriture ronde presque lascive, donne un extrait du texte cité çi-dessus. Un oiseau raconte sa nécessité de quitter son nid pour un ailleurs meilleur mais aussi inconnu " Ils m'ont dit que partir c'était mourir peut-être. Ce que je sais c'est que rester, c'est mourir assurément". Chaque phrase est choisie d'après la forme de la branche que l'artiste a ramassé à terre, mais aussi d'après la forme du terrain où la branche est posée.

 Naturellement, il s'agit d'un travail sur la migration, thème cher à Yanik Pen'Du qui est un habitué des voyages lointains pour des résidences d'artiste, avec cette peur au ventre d'aborder l'étranger, l'inconfort de quitter son atelier, son environnement. Certes, il ne côtoie pas la mort comme les migrants, mais il ressent cette contradiction en lui, entre partir vers l'inconnu et s'enrichir d'autres cultures ou rester sur sa terre avec ses seuls acquis.

Ces oiseaux ont sur leurs ailes le dessin d'une dentelle bretonne " Ma façon d'amener avec moi, ma propre culture", de se rassurer un peu. 

L'oiseau installé tout en haut du jardin n'est pas posé sur une branche, il se repose au bord d'une coupe où le texte est intégralement retranscrit, mais recouvert d'eau. Les ondes permanentes semblent se propager à l'infini pour diffuser le texte à l'infini. Le monde des oiseaux, sans frontières...  

                      Yanik Pen'Du et l'un de ses oiseaux prêts pour un voyage vers l'inconnu

 


Aucun commentaire: